La recherche sur les plastiques en action : un partenariat entre le NAIT et IPL

Pour le partenariat de recherche appliquée le plus ambitieux de son histoire, l’Institut de technologie du Nord de l’Alberta (NAIT) s’est associé à Inter Pipeline (IPL), une entreprise d’infrastructures énergétiques de classe mondiale qui construit le premier complexe intégré de déshydrogénation du propane et de polypropylène d'Amérique du Nord afin de faire progresser la réutilisation et le recyclage du plastique au Canada et dans le monde.

L’Alberta accueillera bientôt la première installation intégrée nord-américaine permettant de transformer le propane en plastique. Ça a l’air important, n’est-ce pas? Ça l’est! L’Alberta s’est donné comme objectif cette année de devenir un des « dix premiers producteurs mondiaux » de produits pétrochimiques et aspire à devenir le « centre d’excellence pour le recyclage des plastiques » en Amérique du Nord d’ici 2030. La transformation du gaz naturel en plastique est ainsi considérée par le gouvernement albertain comme l’un des principaux piliers permettant d’atteindre ces objectifs et de stimuler l’économie de la province.

Le Heartland Petrochemical Complex (HPC – complexe pétrochimique du centre) d’Inter Pipeline convertira chaque année du propane à bas coût obtenu localement en près de 525 000 tonnes de plastique de grande valeur et facile à transporter. Le plastique recyclable produit par le HPC, appelé polypropylène, servira à fabriquer des emballages de consommation, des textiles, des composants d’automobiles, de l’équipement médical et bien d’autres. Le Canada est l’un des cinq principaux producteurs de gaz naturel au monde, et les deux tiers de cette production proviennent de l'Alberta. C’est pourquoi la récupération et la transformation du propane présent en abondance dans la province constituent un choix réellement éconergétique. On prévoit d’ailleurs que l’empreinte écologique des granulés produits au HPC sera environ 65 % inférieure à la moyenne mondiale pour d’autres usines de polypropylène. Inter Pipeline s’est donné comme priorité d’être un exploitant prudent et responsable et un producteur de plastique recyclable de qualité, ce qui implique également d’appuyer des initiatives cherchant des solutions concrètes en matière de réutilisation et de recyclage des plastiques qui profiteront aux Canadiens.

Inter Pipeline s’est donc associée à l’Institut de technologie du Nord de l'Alberta (NAIT) dans le cadre du plus vaste partenariat de recherche appliquée de l’histoire de ce dernier. Le NAIT est un établissement polytechnique de premier plan qui a pour vocation d’aider l’industrie à élaborer des solutions pratiques et efficaces pour répondre à des besoins et des problèmes précis.


Cette collaboration a mené à une initiative de recherche sur 10 ans de 10 millions de dollars. Intitulée « Plastics Research in Action » (la recherche sur les plastiques en action), elle vise à faire en sorte qu’on réutilise les déchets plastiques comme une ressource utile dans l’élaboration d’autres produits, tout en réduisant leur impact environnemental au Canada et dans le monde. Cette initiative compte actuellement deux projets intéressants qui tirent parti de l’expertise des chercheurs du NAIT et d’une équipe d’étudiants motivés. Le premier projet vise à concevoir des méthodes d’identification, de quantification et de surveillance des microplastiques – de petites particules plastiques de moins de 5 millimètres de long – dans les eaux douces et les sédiments de rivière prélevés dans la rivière Saskatchewan Nord.

Étant donné qu’il n’existe pas à l’heure actuelle de méthode normalisée et validée pour séparer les microplastiques des échantillons de sédiments, les connaissances sont incomplètes en ce qui concerne les types et la taille des microplastiques dans l’eau douce, leur occurrence et leur impact sur l’environnement. Le deuxième projet consiste à mettre à l’essai le mélange de plastiques post-consommation dans les asphaltes destinés au marché albertain. Les technologies qui convertissent les déchets plastiques en une cire à mélanger à l’asphalte ont abouti à de bons résultats lorsqu’on les appliquait à des chaussées dans des climats plus chauds.

Par chance, l’ensemble des mesures et contrôles sanitaires mis en place ont permis d’éviter que la pandémie de COVID-19 ralentisse la construction du HPC. En novembre 2020, plusieurs composants du complexe atteignaient des étapes importantes. Après environ trois ans de construction continue, et grâce à la présence de plus de 3 000 ouvriers, le HPC est en bonne voie de pouvoir démarrer ses opérations d’ici début 2022.

Les collaborations à grande échelle comme « Plastics Research in Action » approchent le Canada d’une économie circulaire, tout en appuyant de nouveaux projets industriels novateurs qui nous propulsent vers une nouvelle vague de prospérité économique grâce à la création d’emplois. Avec ces types de partenariats, le Canada continuera de servir d’exemple aux autres nations.



Cet article vous est présenté par:




5 views