Le cycle de vie des plastiques favorise l’économie circulaire au Canada

Dans biens des applications, le plastique est le matériau de choix, avant même le verre, l’étain, l’aluminium et le papier, et ce, pour de nombreuses raisons, comme sa flexibilité, son poids et son empreinte écologique. Les analyses du cycle de vie prouvent sa polyvalence et les avantages qu’il présente, notamment en ce qui concerne la réduction des répercussions environnementales liées à la fabrication et au transport de produits essentiels. D’ailleurs, les recherches montrent que le plastique a une empreinte écologique presque quatre fois inférieure à celle des matériaux utilisés traditionnellement.


De façon générale, les analyses du cycle de vie évaluent les répercussions environnementales potentielles d’un produit donné à différentes étapes de son cycle de vie, comme l’extraction des matières premières, la production, la distribution et l’utilisation. Elles tiennent aussi compte de la gestion des déchets, du recyclage et de la transformation d’un produit.



Les analyses du cycle de vie étudient chaque étape de la vie d’un produit, et combinent ainsi une approche à grande et à petite échelle afin d’évaluer les répercussions environnementales de divers matériaux, dont le plastique. Elles constituent donc un outil efficace pour éclairer les choix des consommateurs et renforcer notre capacité à atteindre les objectifs climatiques en réduisant les émissions et les déchets.


L’innovation technique et le soutien aux solutions de recyclage de pointe, associés à un solide système de recyclage mécanique, permettent aux consommateurs et aux entreprises de réutiliser les articles en plastique recyclés et réinventés. Une étude menée dans le cadre d’une analyse du cycle de vie a révélé que le recyclage avait la plus faible empreinte écologique sur le réchauffement planétaire et la consommation énergétique totale.


De même, selon un rapport de BASF et Sphera, un fournisseur de logiciels favorisant l’atteinte d’objectifs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG), le recyclage de pointe des déchets plastiques mixtes produit 50 % moins de dioxyde de carbone que leur incinération. Dans cette étude, on constate également que la fabrication du plastique à partir du recyclage mécanique ou de pointe de déchets plastiques mixtes produit des émissions de dioxyde de carbone similaires à celles des matériaux vierges – les plastiques aident donc le Canada à atteindre ses objectifs climatiques à chaque étape de son cycle de vie. La combinaison d’un recyclage mécanique et d’un recyclage de pointe nous rapproche de la création d’une économie véritablement circulaire.


Chaque jour, des articles fabriqués en plastique, comme les sacs d’épicerie, les produits alimentaires, les pailles, les bâtonnets à mélanger, peuvent devenir de nouveaux produits grâce aux solutions de recyclage de pointe qui décomposent les articles en plastique en leurs éléments constitutifs d’origine ou les convertissent en carburants ou en d’autres produits. De nombreuses entreprises intensifient leurs efforts pour transformer tous les types de plastiques en de nouveaux articles prêts à une utilisation continue.


Le secteur de l’emballage est l’un des secteurs dans lesquels les plastiques jouent un rôle majeur. Les plastiques ont moins de répercussions environnementales que de nombreux autres matériaux d’emballage, comme le carton ou le verre. Selon une étude de la University of Michigan, « il a été démontré que le plastique était très avantageux sur le plan de la consommation énergétique, des émissions de gaz à effet de serre et de beaucoup d’autres catégories de répercussions environnementales. »


Les plastiques réduisent déjà les émissions à chaque étape du cycle de vie d’un produit par rapport aux matériaux traditionnels. Un investissement accru dans les solutions de recyclage innovantes nous permettra de développer davantage les options de recyclage et d’augmenter les bienfaits écologiques des plastiques.

8 views