Les bases du recyclage : de la collecte à la transformation

Les efforts d’amélioration de la chaîne de valeur du recyclage des plastiques sont généralement axés sur la technologie de recyclage mécanique et de pointe. Cependant, nous devrions concevoir les systèmes de recyclage en gardant en tête l’intégralité du cycle de vie, qui comprend aussi la récupération, la collecte et le tri des plastiques post-consommation. Le Groupe d’action plastiques circulaires a récemment achevé la première phase de son rapport global qui sera très utile pour orienter plusieurs projets d’amélioration du recyclage au Québec et, ultérieurement, partout au Canada.


La Division des plastiques de l'Association canadienne de l’industrie et de la chimie (ACIC), Cascades, Danone Canada, Dyne-A-Pak, Keurig Dr Pepper Canada et Transcontinental ont fondé le Groupe d’action plastiques circulaires (GAPC) pour étudier comme il se doit la chaîne d’approvisionnement des plastiques. Le groupe d’action adopte une approche à plusieurs phases pour bâtir une économie circulaire pour les plastiques au Québec : La phase 1, qui s’est achevée récemment, s’intitule « Cartographie et propositions d’optimisation de la chaîne de valeur »; la phase 2 vise la « Mise en pratique et suivi des scénarios d’amélioration des procédés et processus »; et la phase 3 sera consacrée à la « Reproduction du modèle hors du Québec ». Le GAPC promeut la durabilité par les emballages de plastique en concevant un système global, de l’élimination à la collecte, jusqu’aux marchés finaux, afin de récupérer, recycler et revendre les plastiques recyclés.


Élimination et collecte

Pour les consommateurs canadiens, les programmes de recyclage « bacs bleus » à flux unique sont la partie la plus visible de la chaîne de recyclage, puisque c’est la seule étape où ils ont un rôle actif à jouer. Les consommateurs ont vu les résultats de leurs actions grâce à des organisations comme Recycle BC, qui affiche le taux de récupération des déchets plastiques le plus élevé du pays, bien qu’il puisse encore être amélioré. Au Canada, même s’il existe des directives précises sur ce qui est accepté ou non dans les bacs bleus, elles varient d’une ville à l’autre. Nous avons besoin d’un cadre national harmonisé qui définit clairement les types de plastiques et les autres matières recyclables pouvant être déposés dans les bacs bleus.

3 views