Modix Plastique - questions et réponses

Pour cette édition de notre dossier sur l'industrie, nous nous sommes entretenus avec Lucie Ying Li, directrice générale de l'entreprise québécoise Modix Plastique Inc. Dans cette séance de questions-réponses, vous apprendrez tout sur Modix, y compris ses activités, son point de vue sur l'importance de l'économie circulaire pour les plastiques et la façon dont elle réussit à surmonter les difficultés pour développer des produits et des processus durables.


Pour ceux qui ne connaissent pas Modix Plastique, pouvez-vous nous donner un bref aperçu de l'entreprise, où vous vous situez dans la chaîne de valeur des plastiques ?

Modix Plastique est un transformateur de LDPE PCR qui effectue un traitement complet des résidus de plastique afin de les convertir en une matière première de haute qualité pour les fabricants de plastique d'emballage flexible, d'injection et de moulage. Cent pour cent de notre matière première est du PCR, et Modix travaille avec les PCR les plus difficiles à traiter, comme la collecte sélective. Actuellement, Modix est le seul transformateur au Canada capable de traiter ce matériau. La mission de Modix est de réduire l'empreinte du plastique dans l'environnement en soutenant l'initiative des 3R (Réduire, Récupérer, Recycler). Modix est pleinement engagée dans l'économie circulaire et joue un rôle important pour prolonger la durée de vie des plastiques dans la chaîne de valeur et combler le vide pour fermer la boucle afin de générer l'économie circulaire des plastiques au Canada.

Pouvez-vous nous donner une idée de la taille de votre entreprise et des lieux où vous exercez vos activités ?


30 employés, situés à Lachute, au Québec.

La pandémie de COVID-19 a été, pour le moins, un défi pour tout le monde. Comment Modix s'est-elle débrouillée et adaptée aux conditions toujours changeantes que la pandémie a engendrées ?

Nous avons profité de cette pause pour nous concentrer sur la R&D afin d'explorer de nouvelles matières premières PCR et d'améliorer la technologie de traitement en modifiant le processus et l'équipement. Nous avons effectué de nombreux travaux préparatoires pour notre projet d'expansion, tels que le choix du site, la conception et la modification des nouveaux équipements, la coordination du projet de construction, etc.

La Division des plastiques de ACIC et ses membres se consacrent à la collaboration avec un éventail d'intervenants afin de développer une économie circulaire pour les plastiques au Canada. Pouvez-vous parler de l'importance d'une économie circulaire ? Le Canada est-il sur la bonne voie ?

L'impact et la contribution de l'économie circulaire aux économies d'énergie et à la réduction des émissions sont très efficaces et efficients. L'économie circulaire est de plus en plus importante pour l'environnement, la société et tous les pays du monde. En particulier pour le Canada, lorsque nous parlons des résidus de plastique, le Canada s'est appuyé sur d'autres pays pour prendre les déchets au cours des dernières décennies. Ce système a fonctionné jusqu'en 2018, lorsque la Chine a interdit l'importation de déchets plastiques. Nous avons alors commencé à voir des montagnes de déchets dans les installations de recyclage, ce qui a causé divers problèmes sociaux et économiques. Les installations de recyclage ont fermé, les unes après les autres, et des centaines de travailleurs ont perdu leur emploi. Le gouvernement canadien a pris des mesures pour développer l'économie circulaire. Récemment, j'ai constaté que de plus en plus d'initiatives ont été prises, tant au niveau provincial que fédéral, pour soutenir l'industrie du recyclage. Même s'il y a encore beaucoup d'adaptations, de mesures et de réglementations en discussion, nous avons l'espoir que tous ces changements positifs qui sont essentiels pour le développement et la durabilité de l'économie circulaire se produiront très bientôt. Je crois vraiment que la collaboration des gouvernements est indispensable à la croissance de l'économie circulaire.



La durabilité et le développement d'une économie circulaire pour les plastiques semblent aller de pair. Du point de vue de Modix, a-t-il été difficile de développer de nouveaux produits ou processus tout en tenant compte de la durabilité ? Quels sont les défis à relever ?

Oui, c'est très difficile, surtout pour une jeune entreprise comme Modix. Non seulement les produits et les processus sont nouveaux, mais le marché de l'économie circulaire est également nouveau, ce qui représente le plus grand défi pour la durabilité et le développement de notre entreprise au stade initial.


Presque chaque fois qu'un nouveau produit a été développé par Modix, le processus a été plus ou moins modifié - chaque test est un investissement et le retour sur investissement n'est pas immédiat. Nous devons faire beaucoup de travail comme l'analyse en laboratoire, le soutien technique et l'éducation des recycleurs et des clients sur la qualité des matières premières et les applications des résines retraitées jusqu'à ce que chaque acteur de la chaîne de valeur puisse bénéficier de l'économie circulaire.


Les actionnaires de Modix ont une vision à long terme, de solides expériences et une confiance dans la prospérité de l'économie circulaire pour relever ces défis. Nous espérons que le gouvernement pourra accorder davantage de financements et de soutien politique aux différents partenaires de la chaîne de valeur afin de contribuer au développement durable de l'économie circulaire.


En parlant de cela, y a-t-il des produits spécifiques et innovants que vous aimeriez mettre en avant ?


Nous avons créé un projet pilote de recyclage et de traitement des films agricoles (emballage des balles d'ensilage) en collaboration avec CleanFarms. Le projet a été un grand succès et a permis à Modix de devenir le premier et le seul transformateur capable de traiter ce matériau au Canada. La qualité des résines retraitées a été reconnue par plusieurs extrudeurs de premier plan en Amérique du Nord et ils ont réussi à utiliser 100% de nos résines retraitées pour remplacer les résines vierges dans le soufflage des films.


En tant que membre de la division Plastiques de ACIC, pouvez-vous donner votre point de vue sur les forces et les avantages de faire partie de l'association ?

Nous sommes très heureux d'être membre de la division plastique de ACIC. Les professionnels de la ACIC comprennent parfaitement l'industrie du plastique et travaillent toujours activement dans l'intérêt des membres. Grâce au l’ACIC, nous avons une meilleure compréhension de l'écosystème de l'industrie du plastique au Canada et nous avons accès aux plus récentes nouvelles gouvernementales et industrielles. L’ACIC possède un excellent réseau et il est très fort en matière de relations gouvernementales. La division de ACIC au Québec nous aide à établir une conversation directe avec le gouvernement local. Nous sommes très reconnaissants de l'excellent travail que l'ACIC a fait pour l'industrie du plastique au Canada.




20 views